Les vidéos et sons du moment sur le site

Demande de publication sur le site : rapnostress@gmail.com
Le site répond à tout le monde par mail !

Instagram


Booba : "J'écoute du rap français, parfois j'ai envie de me pendre"

Booba :  "J'écoute du rap français, parfois j'ai envie de me pendre"
Booba se confie à Newsring. Une heure de discussion à bâtons rompus, à lire en deux parties. D’abord la musique, puis, lundi à midi, le clash. Booba y règle ses comptes. Aussi sérieux musicalement que dans le clash, le Duc n’est pas là pour rigoler.
Quand tu sors de « Lunatic » et que tu repars sur un nouvel album, qu'est-ce que tu as envie de faire ?
J'ai envie de faire mieux ! Mais je ne sais pas sur quoi je vais partir. Ma création ne se passe pas comme ça. Il n'y a pas de calculs avec des « je vais faire ci ou ça ». Tout se passe avec mon oreille et mon cerveau. J'écoute des sons, je travaille et quand je suis prêt, je sors. Il n'y a  aucun calcul, c'est la musique qui me guide. Mon album précédent est oublié sitôt terminé. Ensuite je reçois des nouveaux sons, je travaille, j'avance. Quand je sens que je commence à avoir un truc qui prend forme, je me dis que là, c'est le premier morceau du prochain album.
C'est ce premier titre qui te donne la direction de l'album ?
Non, pas du tout parce que les morceaux n'ont pas forcément de rapport les uns avec les autres. C'est juste que quand il y en a un qui est bon, je le mets à gauche et ainsi de suite. Je procède comme ça, sans calcul.
Un vrai univers musical
Pourtant il y a de la cohérence dans tes albums ?
Ils sont cohérents parce que c'est moi qui en donne la couleur. Il y a toujours mon univers. Et c'est justement parce qu'il n'y a pas de calculs que c'est moi. Je ne fais pas un truc pour plaire à untel ou untel, pour plaire à tel ou tel genre de public. Je fais des trucs pour me plaire à moi. Quand tu écoutes un album de Booba, c'est moi, c'est tout ce qui me plaît. Ce n'est pas des trucs genre : « OK en ce moment la mode c'est les violons donc je mets des violons » ou « la mode c'est de parler de politique donc je vais parler de politique ». Non. Je parle de ce dont j'ai envie de parler.
« Futur » sonne comme un album américain. C'est de vivre là-bas, d'être immergé dans le hip-hop américain qui te fait choisir ce type de prods ?
Non ça n'a rien à voir. Ça ne s'explique pas, c'est juste les sons que j'ai reçus. La plupart des prods sont de Therapy. Donc ça n'a rien à voir avec le fait de vivre en France ou aux États-Unis. Avec Internet, il n'y a plus de limites. Ce n'est pas comme à l'époque où on avait du retard. Ce qui sort aujourd'hui aux États-Unis, ça sort dans le monde entier en même temps. Quand tu fais un peu de recherches là-dedans, tu sais tout ce qui se fait.
Si je te dis ça, c'est parce que sur le morceau avec Rick Ross, on sent qu'il est bien et qu'il aurait pu le faire seul pour un de ses projets...
Oui, tu sens qu'il est à l'aise et qu'il a apprécié le son. De toute façon, le but c'est d'être au même niveau que les Américains, avec les meilleurs. Même si, sans vouloir me la raconter, on est meilleurs que beaucoup de gars. J'écoute des albums, et j'estime que je n'ai rien à leur envier en termes de musique.
On parlait de Therapy. On a l'impression que tu retrouves l'osmose avec lui que tu avais avec Animalsons, que vous vous complétez ?
Oui, tout à fait, on a vraiment notre univers. Il y a des sons de Therapy où je me dis qu'il y a très peu de personnes qui pourraient rapper dessus. En fait, on a les mêmes goûts musicaux par rapport à ce qui sort, etc...Donc ils savent ce que j'aime et  ils m'en envoient. On aime la même musique et c'est pour ça qu'on se complète. C'est comme avec Chris Macari quand je fais des clips. Il sait ce que j'aime, je sais ce qu'il aime.
Rester dans la tendance
Dans une interview, tu disais que les sons devaient passer en clubs ou à la radio sinon tu n'existais pas. Est-ce que tu es toujours dans cette optique aujourd'hui ?
Oui, si tu veux être au top, si tu veux être d'actualité, il faut que tes sons passent en boîte et qu'ils soient écoutés par un mec de 7-10 ans comme d'un mec de 40 ans. Il faut qu'à New York, il passe en boîte, que les petites de 20 ans dansent dessus et les grands-mères aussi. Quand ça passe en boîte, que c'est joué à la radio, c'est que c'est actuel. Tu peux être Ice Cube et sortir un nouvel album sans que ça passe en boîte. Même si tu es Ice Cube, si ça sort pas en boîte c'est que c'est pas validé. Ça  marche avec les DJ. Si le DJ ne passe pas ton son, c'est que tu n'es pas au top. Combien de mecs se sont faits parce qu'ils avaient un hit et que tout le monde le jouait ? Ce qu'il faut savoir, c'est que le DJ joue la bonne musique. La musique actuelle.
Finalement, ta seule directive c'est de faire de la musique actuelle susceptible de plaire aux DJ ?
Pas vraiment, il faut surtout que moi, ça me fasse danser. Parce que si j'écoute un son dans ma voiture et qu'il me fait danser, je sais que ça fera danser les autres. J'écoute des sons de rap français et parfois j'ai envie de me pendre, même si le mec rappe bien. Musicalement, ça ne sonne pas. OK, le mec il laisse un message, OK, il rappe, mais au-delà de ça, la musique ce n'est pas possible. C'est un gros travail de choisir ses instrus. Il y a des gars qui rappent bien mais qui ne savent pas choisir les bonnes instrus. C'est pourtant le départ de tout. Tu ne peux pas préparer un morceaux, ou prétendre en préparer un bon, sans avoir le beat qu'il faut. Et je suis sûr qu'il y a des mecs qui écrivent des textes avant de chercher et trouver leur musique. Mais ce n'est pas comme ça qu'on fait. C'est comme si tu étais en boîte : il n'y a pas de musique, mais tu commences quand même à danser. Qu'est-ce qui fait que le danseur va se lever? Un bon son. C'est parce qu'il entend un son qui lui parle que le danseur va se lever. Moi c'est pareil. Je me mets à écrire et à rapper parce que le son me parle, me dit quelque chose. Sinon, je ne suis pas inspiré. Mais ça c'est quand t'as un certain niveau. Parce que je me rappelle, au début, j'écrivais un peu sur tout et n'importe quoi. Avant j'écrivais sans son. Maintenant, j'ai besoin du son.
N'est-ce pas plus difficile de faire des morceaux personnels sur des sons aussi dansants ?
Je trouve ça plus facile au contraire. Écrire sur des sons comme « Pitbull » ou « 2Pac », c'est super facile pour moi. Parce que le flow sur un son un peu basique, mélancolique avec une rythmique assez classique, ce n'est pas difficile de rapper dessus. Par contre avoir du flow, rapper sur un morceau qui bouge, qui fait bouger la tête, il faut non seulement avoir les paroles, mais aussi avoir du flow. Si tu n'as pas de flow tu ne peux pas rapper. Si tu donnes « Maître Yoda » ou « C'est la vie » à des rappeurs français, je suis sûr que 90% d'entre eux n'arrivent pas à rapper sur le beat. Ça vient avec l'expérience, le travail. Il faut écouter beaucoup de rap aussi. C'est comme du sport, il faut s'entraîner. Écouter de la musique, pour moi c'est un entraînement. Ça t'enrichit, ça te nourrit.
Sur ce genre de sons plus dansants, as-tu toujours le même souci du détail concernant le texte ?
Bien sûr. Il y a toujours le détail du fond et de la forme. Que je dise “la chatte à ta grand-mère” ou un truc sérieux. Le “la chatte à ta grand mère”, il faut qu'il soit bien placé.
Donner le ton
Ton album s'appelle « Futur ». Est-ce que tu vois comme le faiseur de tendance du rap français ? Tu te sens en avance sur le rap français ?
Bah ouais! Comme je le disais, je suis sûr que sur plein de sons, les mecs ne peuvent pas rapper. Il y a un gros problème. Ce n'est pas moi qui devrais dicter la tendance du rap français, ce sont les DJ. Mais il y a un gros problème d'éducation musicale en France. La première radio de rap c'est Skyrock. Première radio hip-hop où il n'y a aucun DJ. C'est incroyable, ils appuient juste sur des boutons. Et donc, on est dans le faux tout le temps. C'est grave quand même. C'est comme un avion sans pilote...
Le fait d'être musicalement à la pointe, est-ce que cela te rend crédible pour convaincre des mecs comme Rick Ross ou 2 Chainz ?
Bien sûr. Quand ils écoutent tes sons, ils regardent tes clips, ils se disent : « ah ouais ». Même s'ils comprennent pas, ils sentent que c'est sérieux. Ils se reconnaissent dedans. Ils ne se sentent pas largués, ils se disent pas « oh la la, le gars il est habillé n'importe comment, son clip est pourri, il est dans une clio ». Après ce n'est pas toujours simple. 2 Chainz était en tournée et donc il a poser de son côté. Mais bon, ils font aussi ça entre eux. On ne doit pas forcément se rencontrer et prendre un café avant d'aller en studio. Je lui ai envoyé la prod, mes couplets et leur traduction. Donc, ils savent quoi faire, ils savent de quoi je parle. Ils ont une feuille de route.
J'imagine quand même que ça doit faire plaisir de travailler avec Rick Ross en studio ?
Ouais, c'est bien pour le feeling, pour le truc. On travaille plus ensemble. Par exemple si j'ai une remarque à lui faire, je lui fais. C'est la différence quand tu reçois un truc fini et que tu ne peux pas revenir dessus. Sinon, pour le reste, je m'en fous un peu, je suis pas une groupie... La preuve, j'ai un morceau avec Chris Brown. Il n'était pas comme je le voulais. Pour moi, il n'était pas terminé, je voulais changer des choses, mais je n'ai pas pu. Donc, je l'ai abandonné pour le moment. Éventuellement, on pourrait faire un nouveau truc avec Chris Brown, mais c'est une grosse star. Il est très sollicité. Là j'ai eu l'occasion de l'avoir, mais ça n'a pas donné ce que je voulais. Tant pis. Si j'ai Michael Jackson et que ce n'est pas bon, je ne le sors pas... Aujourd'hui, je pense que tout est possible, mais que les gens ne s'y trompent pas, c'est aussi une question d'argent. Il y a des rappeurs qui vont penser à untel ou untel et qui vont se rendre compte que ce n'est pas la peine, ils n'ont pas les moyens...
[Booba, qui nous accorde cet entretien au volant de sa voiture à Miami, s'arrête soudain de parler...]
Attends, je viens de croiser La Fouine...
 
 
Pour voir le clip, son, freestyle, vidéo : Clique sur "Lire la suite"
Bon kiff sur RapNoStreSS !

Suis le site sur facebook ici

Contact avec le site : rapnostress@gmail.com

Clique sur la pub si tu soutiens vraiment le site !
-------